Bonnenouvelle.fr sites de communautés chrétiennes
https://bonnenouvelle.fr/Lectures-du-jour.html

Lectures du jour

Lectures de la messe du jour et commentaire de l’Evangile du jour

Mercredi 29 mars 2017, le mercredi de la 4e semaine de carême

  • Première lecture : « Je t’ai établi, pour que tu sois l’alliance du peuple, pour relever le pays » (Is 49, 8-15)

    Lecture du livre du prophète Isaïe

    Ainsi parle le Seigneur :
    Au temps favorable, je t’ai exaucé,
    au jour du salut, je t’ai secouru.
    Je t’ai façonné, établi,
    pour que tu sois l’alliance du peuple,
    pour relever le pays,
    restituer les héritages dévastés
    et dire aux prisonniers : « Sortez » !
    aux captifs des ténèbres : « Montrez-vous » !
    Au long des routes, ils pourront paître ;
    sur les hauteurs dénudées seront leurs pâturages.
    Ils n’auront ni faim ni soif ;
    le vent brûlant et le soleil ne les frapperont plus.
    Lui, plein de compassion, les guidera,
    les conduira vers les eaux vives.
    De toutes mes montagnes, je ferai un chemin,
    et ma route sera rehaussée.


    Les voici : ils viennent de loin,
    les uns du nord et du couchant,
    les autres des terres du sud.
    Cieux, criez de joie ! Terre, exulte !
    Montagnes, éclatez en cris de joie !
    Car le Seigneur console son peuple ;
    de ses pauvres, il a compassion.


    Jérusalem disait :
    « Le Seigneur m’a abandonnée,
    mon Seigneur m’a oubliée. »
    Une femme peut-elle oublier son nourrisson,
    ne plus avoir de tendresse pour le fils de ses entrailles ?
    Même si elle l’oubliait,
    moi, je ne t’oublierai pas.


    – Parole du Seigneur.

  • Psaume (144 (145), 8-9, 13cd-14, 17-18)

    Refrain psalmique : (144, 8)

    Le Seigneur est tendresse et pitié,
    lent à la colère et plein d’amour.

    Le Seigneur est tendresse et pitié,
    lent à la colère et plein d’amour ;
    la bonté du Seigneur est pour tous,
    sa tendresse, pour toutes ses œuvres.


    Le Seigneur est vrai en tout ce qu’il dit,
    fidèle en tout ce qu’il fait.
    Le Seigneur soutient tous ceux qui tombent,
    il redresse tous les accablés.


    Le Seigneur est juste en toutes ses voies,
    fidèle en tout ce qu’il fait.
    Il est proche de ceux qui l’invoquent,
    de tous ceux qui l’invoquent en vérité.

  • Évangile : « Comme le Père relève les morts et les fait vivre, ainsi le Fils fait vivre qui il veut » (Jn 5, 17-30)

    Acclamation : (cf. Jn 11, 25a.26)

    Gloire à toi, Seigneur, honneur, puissance et majesté ! Moi, je suis la résurrection et la vie, dit le Seigneur. Celui qui croit en moi ne mourra jamais. Gloire à toi, Seigneur, honneur, puissance et majesté !

    Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

    En ce temps-là,
    après avoir guéri le paralysé un jour de sabbat,
    Jésus déclara aux Juifs :
    « Mon Père est toujours à l’œuvre,
    et moi aussi, je suis à l’œuvre. »
    C’est pourquoi, de plus en plus,
    les Juifs cherchaient à le tuer,
    car non seulement il ne respectait pas le sabbat,
    mais encore il disait que Dieu était son propre Père,
    et il se faisait ainsi l’égal de Dieu.


    Jésus reprit donc la parole. Il leur déclarait :
    « Amen, amen, je vous le dis :
    le Fils ne peut rien faire de lui-même,
    il fait seulement ce qu’il voit faire par le Père ;
    ce que fait celui-ci,
    le Fils le fait pareillement.
    Car le Père aime le Fils
    et lui montre tout ce qu’il fait.
    Il lui montrera des œuvres plus grandes encore,
    si bien que vous serez dans l’étonnement.
    Comme le Père, en effet, relève les morts
    et les fait vivre,
    ainsi le Fils, lui aussi, fait vivre qui il veut.
    Car le Père ne juge personne :
    il a donné au Fils tout pouvoir pour juger,
    afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père.
    Celui qui ne rend pas honneur au Fils
    ne rend pas non plus honneur au Père, qui l’a envoyé.
    Amen, amen, je vous le dis :
    qui écoute ma parole
    et croit en Celui qui m’a envoyé,
    obtient la vie éternelle
    et il échappe au jugement,
    car déjà il passe de la mort à la vie.


    Amen, amen, je vous le dis :
    l’heure vient – et c’est maintenant –
    où les morts entendront la voix du Fils de Dieu,
    et ceux qui l’auront entendue vivront.
    Comme le Père, en effet, a la vie en lui-même,
    ainsi a-t-il donné au Fils d’avoir, lui aussi, la vie en lui-même ;
    et il lui a donné pouvoir d’exercer le jugement,
    parce qu’il est le Fils de l’homme.
    Ne soyez pas étonnés ;
    l’heure vient
    où tous ceux qui sont dans les tombeaux
    entendront sa voix ;
    alors, ceux qui ont fait le bien sortiront
    pour ressusciter et vivre,
    ceux qui ont fait le mal,
    pour ressusciter et être jugés.


    Moi, je ne peux rien faire de moi-même ;
    je rends mon jugement d’après ce que j’entends,
    et mon jugement est juste,
    parce que je ne cherche pas à faire ma volonté,
    mais la volonté de Celui qui m’a envoyé. »


    – Acclamons la Parole de Dieu.

Commentaire de l’Evangile

« Mon Père, jusqu'à maintenant, est toujours à l'œuvre, et moi aussi, je suis à l'œuvre »

Saint Augustin (354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église
La Genèse au sens littéral, 4, 11-13 [21-24] (trad. Bibliothèque Augustinienne, t. 48, DDB 1972, p. 307s rev.)

Nous voudrions expliquer comment sont également vrais deux textes : celui de la Genèse où il est écrit que Dieu se reposa le septième jour de toutes ses œuvres et celui de l'Évangile où le Seigneur, par qui toutes choses ont été faites, dit : « Mon Père est à l'œuvre jusqu'à maintenant, et moi aussi je suis à l'œuvre »... L'observation du sabbat a été prescrite aux juifs pour préfigurer le repos spirituel que Dieu promettait aux fidèles qui feraient de bonnes œuvres. Repos dont le Seigneur Jésus Christ... a confirmé le mystère par sa sépulture. Car c'est le jour du sabbat qu'il a reposé dans le tombeau... lorsqu'il avait consommé toutes ses œuvres... On peut penser que Dieu s'est reposé d'avoir créé les divers genres de créatures, parce qu'il n'a plus créé ensuite de nouveaux genres, mais... que, même en ce septième jour, il n'a pas cessé de gouverner le ciel, la terre et tous les autres êtres qu'il avait créés ; sinon, ils auraient aussitôt sombré dans le néant. Car la puissance du Créateur, la force du Tout-Puissant, est la cause par laquelle subsiste toute créature... Il n'en est pas en effet de Dieu comme d'un architecte : la maison est achevée, celui-ci s'en va et... l'œuvre subsiste ; au contraire, le monde ne pourrait subsister, ne serait-ce l'instant d'un clin d'œil, si Dieu lui retirait son appui... C'est ce que dit l'apôtre Paul quand il est venu annoncer Dieu aux Athéniens : « En lui nous avons la vie, le mouvement et l'être » (Ac 17,28)... En effet, nous ne sommes pas en Dieu comme sa propre substance, au sens où il est dit qu'« il a la vie en lui-même » ; mais, puisque nous sommes autre chose que lui, nous ne pouvons être en lui que parce qu'il agit ainsi : « Sa Sagesse s'étend avec force d'un bout du monde à l'autre et elle gouverne l'univers » (Sg 8,1)... Les œuvres bonnes que Dieu a faites (Gn 1,31), nous les voyons ; son repos, nous le verrons après avoir accompli nos bonnes œuvres.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Le blog

1 Message

  • Lectures du jour Le 6 janvier à 00:32, par vincent

    Aujourd’hui j’ai retrouver mon Dieu.
    j’étais complètement perdu dans les ténerbres. j’ai entendu la voix du coq qui sommeillais en moi, elle m’a indiqué le chemin de l’église, j’ai entendu les cloches sonnées, plus je me rapprochais plus son appel etait grande, j’ai eu peur d’entrer alors qu’il m’ouvrait son coeur, je me suis enfuie et je me suis perdu de nouveau, mais maintenant je sais ou je dois me rendre, je vais aller retrouver mon père. car depuis que je suis au monde c’est le seul père que je n’ai jamais eu, je l’avait oublié. je suis vraiment désolé, ca faisait si longtemps qu je n’avais pas pleurer, je savais bien qu’il manquais quelque chose dans mon coeur, j’avançais comme un mouton dans l’ombre alors que je suis un beau coq avec de belle plume qui est toujours capable de retrouver son chemin. Merci mon Dieu, je t’aime.

    Répondre à ce message

 

Bonnenouvelle.fr site de paroisse, communauté, école

Questions sur Jésus

Ils l'ont rencontré

Lectures du jour

Saint(s) du jour