Bonnenouvelle.fr sites de communautés chrétiennes
https://bonnenouvelle.fr/Lectures-du-jour

Lectures du jour

Lectures de la messe du jour et commentaire de l’Evangile du jour

Jeudi 25 mai 2017, ascension du seigneur, solennité

  • Première lecture : « Tandis que les Apotres le regardaient, il s’éleva » (Ac 1, 1-11)

    Lecture du livre des Actes des Apôtres

    Cher Théophile,
    dans mon premier livre
    j’ai parlé de tout ce que Jésus a fait et enseigné
    depuis le moment où il commença,
        jusqu’au jour où il fut enlevé au ciel,
    après avoir, par l’Esprit Saint, donné ses instructions
    aux Apôtres qu’il avait choisis.
        C’est à eux qu’il s’est présenté vivant après sa Passion ;
    il leur en a donné bien des preuves,
    puisque, pendant quarante jours, illeur est apparu
    et leur a parlé du royaume de Dieu.


        Au cours d’un repas qu’il prenait avec eux,
    il leur donna l’ordre de ne pas quitter Jérusalem,
    mais d’y attendre que s’accomplisse la promesse du Père.
    Il déclara :
    « Cette promesse, vous l’avez entendue de ma bouche :
        alors que Jean a baptisé avec l’eau,
    vous, c’est dans l’Esprit Saint
    que vous serez baptisés d’ici peu de jours. »
        Ainsi réunis, les Apôtres l’interrogeaient :
    « Seigneur, est-ce maintenant le temps
    où tu vas rétablir le royaume pour Israël ? »
        Jésus leur répondit :
    « Il ne vous appartient pas de connaître les temps et les moments
    que le Père a fixés de sa propre autorité.
        Mais vous allez recevoir une force
    quand le Saint-Esprit viendra sur vous ;
    vous serez alors mes témoins
    à Jérusalem,
    dans toute la Judée et la Samarie,
    et jusqu’aux extrémités de la terre. »


        Après ces paroles, tandis que les Apôtres le regardaient,
    il s’éleva,
    et une nuée vint le soustraire à leurs yeux.
        Et comme ils fixaient encore le ciel
    où Jésus s’en allait,
    voici que, devant eux,
    se tenaient deux hommes en vêtements blancs,
        qui leur dirent :
    « Galiléens,
    pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ?
    Ce Jésus qui a été enlevé au ciel d’auprès de vous,
    viendra de la même manière
    que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. »


        – Parole du Seigneur.

  • Psaume (Ps 46 (47), 2-3, 6-7, 8-9)

    Refrain psalmique : (Ps 46, 6)

    Dieu s’élève parmi les ovations,
    le Seigneur, aux éclats du cor.
    ou :Alléluia !

    Tous les peuples, battez des mains,
    acclamez Dieu par vos cris de joie !
    Car le Seigneur est le Très-Haut, le redoutable,
    le grand roi sur toute la terre.

     

    Dieu s’élève parmi les ovations,
    le Seigneur, aux éclats du cor.
    Sonnez pour notre Dieu, sonnez,
    sonnez pour notre roi, sonnez !

     

    Car Dieu est le roi de la terre :
    que vos musiques l’annoncent !
    Il règne, Dieu, sur les païens,
    Dieu est assis sur son trône sacré.

  • Deuxième lecture : « Dieu l’a fait asseoir à sa droite dans les cieux » (Ep 1, 17-23)

    Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Éphésiens

    Frères,
        que le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ,
    le Père dans sa gloire,
    vous donne un esprit de sagesse
    qui vous le révèle et vous le fasse vraiment connaître.
        Qu’il ouvre à sa lumière les yeux de votre cœur,
    pour que vous sachiez quelle espérance vous ouvre son appel,
    la gloire sans prix de l’héritage que vous partagez avec les fidèles,
        et quelle puissance incomparable
    il déploie pour nous, les croyants :
    c’est l’énergie, la force, la vigueur
        qu’il a mise en œuvre dans le Christ
    quand il l’a ressuscité d’entre les morts
    et qu’il l’a fait asseoir à sa droite dans les cieux.
        Il l’a établi au-dessus de tout être céleste :
    Principauté, Souveraineté, Puissance et Domination,
    au-dessus de tout nom
    que l’on puisse nommer,
    non seulement dans le monde présent
    mais aussi dans le monde à venir.
        Il a tout mis sous ses pieds
    et, le plaçant plus haut que tout,
    il a fait de lui la tête de l’Église
        qui est son corps,
    et l’Église, c’est l’accomplissement total du Christ,
    lui que Dieu comble totalement de sa plénitude.


        – Parole du Seigneur.

  • Évangile : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre » (Mt 28, 16-20)

    Acclamation : (Mt 28, 19a.20b)

    Alléluia. Alléluia.
    Allez ! De toutes les nations faites des disciples,
    dit le Seigneur.
    Moi, je suis avec vous tous les jours
    jusqu’à la fin du monde.
    Alléluia.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

        En ce temps-là,
        les onze disciples s’en allèrent en Galilée,
    à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre.
        Quand ils le virent, ils se prosternèrent,
    mais certains eurent des doutes.
        Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles :
    « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre.
        Allez ! De toutes les nations faites des disciples :
    baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit,
        apprenez-leur à observer
    tout ce que je vous ai commandé.
    Et moi, je suis avec vous
    tous les jours jusqu’à la fin du monde. »


        – Acclamons la Parole de Dieu.

Commentaire de l’Evangile

Notre vie « désormais cachée avec le Christ en Dieu » (Col 3,3)

Bienheureux John Henry Newman (1801-1890), cardinal, théologien, fondateur de l'Oratoire en Angleterre
Lectures on Justification, n° 9,9

Le Christ, qui avait promis de rendre tous ses disciples un en Dieu avec lui, qui avait promis que nous serions en Dieu et Dieu en nous, a réalisé cette promesse. D'une façon mystérieuse il a accompli pour nous cette grande œuvre, ce privilège stupéfiant. Il semble que ce soit en montant vers le Père qu'il l'a fait, que son ascension corporelle est sa descente spirituelle, que son assomption de notre nature jusqu'à Dieu est en même temps la descente de Dieu jusqu'à nous. On pourrait dire qu'il nous a vraiment, quoique dans le sens caché, emportés jusqu'à Dieu et qu'il a amené Dieu jusqu'à nous, selon le point de vue que nous adoptons. Ainsi donc lorsque saint Paul dit que « notre vie est cachée avec le Christ en Dieu » (Col 3,3), nous pouvons comprendre qu'il veut dire par là que notre principe d'existence n'est plus un principe mortel et terrestre, tel que celui d'Adam après la chute, mais que nous sommes baptisés et cachés de nouveau dans la gloire de Dieu, dans cette lumière pure de sa présence que nous avons perdue lors de la chute d'Adam. Nous sommes créés à nouveau, transformés, spiritualisés, glorifiés dans la nature divine. Par le Christ nous recevons, comme par un canal, la vraie présence de Dieu, au dedans de nous et au dehors ; nous sommes imprégnés de sainteté et d'immortalité. Et c'est là notre justification : notre montée par le Christ jusqu'à Dieu ou la descente de Dieu par le Christ jusqu'à nous, nous pouvons le dire d'une façon ou de l'autre... Nous sommes en lui, il est en nous ; le Christ est « l'unique Médiateur » (1Tm 2,5), « la Voie, la Vérité et la Vie » (Jn 14,6), joignant la terre avec le ciel. Et c'est là notre vraie justification — pas seulement le pardon ou la faveur, pas seulement une sanctification intérieure —...mais l'habitation en nous de notre Seigneur glorifié. Tel est le grand don de Dieu.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Le blog

1 Message

  • Lectures du jour Le 6 janvier à 00:32, par vincent

    Aujourd’hui j’ai retrouver mon Dieu.
    j’étais complètement perdu dans les ténerbres. j’ai entendu la voix du coq qui sommeillais en moi, elle m’a indiqué le chemin de l’église, j’ai entendu les cloches sonnées, plus je me rapprochais plus son appel etait grande, j’ai eu peur d’entrer alors qu’il m’ouvrait son coeur, je me suis enfuie et je me suis perdu de nouveau, mais maintenant je sais ou je dois me rendre, je vais aller retrouver mon père. car depuis que je suis au monde c’est le seul père que je n’ai jamais eu, je l’avait oublié. je suis vraiment désolé, ca faisait si longtemps qu je n’avais pas pleurer, je savais bien qu’il manquais quelque chose dans mon coeur, j’avançais comme un mouton dans l’ombre alors que je suis un beau coq avec de belle plume qui est toujours capable de retrouver son chemin. Merci mon Dieu, je t’aime.

    Répondre à ce message

 

Bonnenouvelle.fr site de paroisse, communauté, école

Questions sur Jésus

Ils l'ont rencontré

Lectures du jour

Saint(s) du jour