Bonnenouvelle.fr sites de communautés chrétiennes
https://bonnenouvelle.fr/Lectures-du-jour.html

Lectures du jour

Lectures de la messe du jour et commentaire de l’Evangile du jour

Mardi 27 juin 2017, le mardi de la 12e semaine du temps ordinaire

  • Première lecture : « Abram s’en alla, comme le Seigneur le lui avait dit » (Gn 12, 1-9)

    Lecture du livre de la Genèse

    En ces jours-là,
    le Seigneur dit à Abram qui vivait alors en Chaldée :
    « Quitte ton pays,
    ta parenté et la maison de ton père,
    et va vers le pays que je te montrerai.
    Je ferai de toi une grande nation,
    je te bénirai,
    je rendrai grand ton nom,
    et tu deviendras une bénédiction.
    Je bénirai ceux qui te béniront ;
    celui qui te maudira, je le réprouverai.
    En toi seront bénies
    toutes les familles de la terre. »
    Abram s’en alla, comme le Seigneur le lui avait dit,
    et Loth s’en alla avec lui.
    Abram avait 75 ans lorsqu’il sortit de Harane.
    Il prit sa femme Saraï, son neveu Loth,
    tous les biens qu’ils avaient acquis,
    et les personnes dont ils s’étaient entourés à Harane ;
    ils se mirent en route pour Canaan
    et ils arrivèrent dans ce pays.
    Abram traversa le pays jusqu’au lieu nommé Sichem,
    au Chêne de Moré.
    Les Cananéens étaient alors dans le pays.
    Le Seigneur apparut à Abram et dit :
    « À ta descendance je donnerai ce pays. »
    Et là, Abram bâtit un autel
    au Seigneur qui lui était apparu.
    De là, il se rendit dans la montagne, à l’est de Béthel,
    et il planta sa tente, ayant Béthel à l’ouest, et Aï à l’est.
    Là, il bâtit un autel au Seigneur
    et il invoqua le nom du Seigneur.
    Puis, de campement en campement,
    Abram s’en alla vers le Néguev.


    – Parole du Seigneur.

  • Psaume (32 (33), 12-13, 18-19, 20.22)

    Refrain psalmique : (cf. 32, 12)

    Heureux le peuple
    que le Seigneur s’est choisi pour domaine.

    Heureux le peuple dont le Seigneur est le Dieu,
    heureuse la nation qu’il s’est choisie pour domaine !
    Du haut des cieux, le Seigneur regarde :
    il voit la race des hommes.

     

    Dieu veille sur ceux qui le craignent,
    qui mettent leur espoir en son amour,
    pour les délivrer de la mort,
    les garder en vie aux jours de famine.

     

    Nous attendons notre vie du Seigneur :
    il est pour nous un appui, un bouclier.
    Que ton amour, Seigneur, soit sur nous
    comme notre espoir est en toi !

  • Évangile : « Enlève d’abord la poutre de ton œil » (Mt 7, 1-5)

    Acclamation : (cf. He 4, 12)

    Alléluia. Alléluia.
    Elle est vivante, efficace, la parole de Dieu ;
    elle juge des intentions et des pensées du cœur.
    Alléluia.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

    En ce temps-là,
    Jésus disait à ses disciples :
    « Ne jugez pas,
    pour ne pas être jugés ;
    de la manière dont vous jugez,
    vous serez jugés ;
    de la mesure dont vous mesurez,
    on vous mesurera.
    Quoi ! tu regardes la paille dans l’œil de ton frère ;
    et la poutre qui est dans ton œil,
    tu ne la remarques pas ?
    Ou encore : Comment vas- tu dire à ton frère :
    “Laisse- moi enlever la paille de ton œil”,
    alors qu’il y a une poutre dans ton œil à toi ?
    Hypocrite ! Enlève d’abord la poutre de ton œil ;
    alors tu verras clair
    pour enlever la paille qui est dans l’œil de ton frère. »


    – Acclamons la Parole de Dieu.

Commentaire de l’Evangile

« Elle est étroite la porte, il est resserré le chemin qui conduit à la vie »

Saint Jean-Paul II (1920-2005), pape
Discours à Paris le 30 mai 1980 (DC 1788 du 15/6/80)

Je suis venu vous encourager dans la voie de l'Évangile, une voie étroite certes, mais la voie royale, sûre, éprouvée par des générations de chrétiens, enseignée par les saints... C'est la voie sur laquelle, tout comme vous, vos frères dans l'Église universelle s'efforcent de cheminer. Cette voie ne passe pas par la résignation, par les renoncements ou par les abandons. Elle ne se résout pas à l'affadissement du sens moral, et elle souhaiterait que la loi civile elle-même aide à élever l'homme. Elle ne cherche pas à s'enterrer, à demeurer inaperçue, mais elle requiert au contraire l'audace joyeuse des apôtres. Elle bannit donc la pusillanimité, tout en se montrant parfaitement respectueuse à l'égard de ceux qui ne partagent pas le même idéal... « Reconnais, ô chrétien, ta dignité ! » disait le grand pape St Léon. Et moi, son indigne successeur, je vous dis à vous, mes frères et mes sœurs : Reconnaissez votre dignité ! Soyez fiers de votre foi, du don de l'Esprit que le Père vous a fait. Je viens parmi vous comme un pauvre, avec la seule richesse de la foi, pèlerin de l'Évangile. Donnez à l'Église et au monde l'exemple de votre fidélité sans faille et de votre zèle missionnaire. Ma visite chez vous veut être...un appel à un élan nouveau devant les tâches nombreuses qui s'offrent à vous.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Le blog

1 Message

  • Lectures du jour Le 6 janvier à 00:32, par vincent

    Aujourd’hui j’ai retrouver mon Dieu.
    j’étais complètement perdu dans les ténerbres. j’ai entendu la voix du coq qui sommeillais en moi, elle m’a indiqué le chemin de l’église, j’ai entendu les cloches sonnées, plus je me rapprochais plus son appel etait grande, j’ai eu peur d’entrer alors qu’il m’ouvrait son coeur, je me suis enfuie et je me suis perdu de nouveau, mais maintenant je sais ou je dois me rendre, je vais aller retrouver mon père. car depuis que je suis au monde c’est le seul père que je n’ai jamais eu, je l’avait oublié. je suis vraiment désolé, ca faisait si longtemps qu je n’avais pas pleurer, je savais bien qu’il manquais quelque chose dans mon coeur, j’avançais comme un mouton dans l’ombre alors que je suis un beau coq avec de belle plume qui est toujours capable de retrouver son chemin. Merci mon Dieu, je t’aime.

    Répondre à ce message

 

Bonnenouvelle.fr site de paroisse, communauté, école

Questions sur Jésus

Ils l'ont rencontré

Lectures du jour

Saint(s) du jour