Bonnenouvelle.fr sites de communautés chrétiennes
https://bonnenouvelle.fr/Lectures-du-jour.html

Lectures du jour

Lectures de la messe du jour et commentaire de l’Evangile du jour

Jeudi 19 septembre 2019

  • Première lecture : « Veille sur toi-même et sur ton enseignement : tu obtiendras le salut, et pour toi-même et pour ceux qui t’écoutent » (1 Tm 4, 12-16)

    Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre à Timothée

    Bien-aimé,
        que personne n’ait lieu de te mépriser parce que tu es jeune ;
    au contraire, sois pour les croyants un modèle
    par ta parole et ta conduite,
    par ta charité, ta foi et ta pureté.
        En attendant que je vienne,
    applique-toi à lire l’Écriture aux fidèles,
    à les encourager et à les instruire.
        Ne néglige pas le don de la grâce en toi,
    qui t’a été donné au moyen d’une parole prophétique,
    quand le collège des Anciens a imposé les mains sur toi.
        Prends à cœur tout cela,
    applique-toi, afin que tous voient tes progrès.
        Veille sur toi-même et sur ton enseignement.
    Maintiens-toi dans ces dispositions.
    En agissant ainsi, tu obtiendras le salut,
    et pour toi-même et pour ceux qui t’écoutent.

                – Parole du Seigneur.

  • Psaume (Ps 110 (111), 7-8, 9, 10)

    Refrain psalmique : (Ps 110, 2a)

    Grandes sont les œuvres du Seigneur !
    ou : Alléluia !

    Justesse et sûreté, les œuvres de ses mains,
    sécurité, toutes ses lois,
         établies pour toujours et à jamais,
    accomplies avec droiture et sûreté !

    Il apporte la délivrance à son peuple ;
    son alliance est promulguée pour toujours :
    saint et redoutable est son nom.

    La sagesse commence avec la crainte du Seigneur.
    Qui accomplit sa volonté en est éclairé.
    À jamais se maintiendra sa louange.

  • Évangile : « Ses péchés, ses nombreux péchés, sont pardonnés, puisqu’elle a montré beaucoup d’amour » (Lc 7, 36-50)

    Acclamation : (Mt 11, 28)

    Alléluia. Alléluia.
    Venez à moi, vous tous qui peinez
    sous le poids du fardeau, dit le Seigneur,
    et moi, je vous procurerai le repos.
    Alléluia.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

    En ce temps-là,
        un pharisien avait invité Jésus à manger avec lui.
    Jésus entra chez lui et prit place à table.
        Survint une femme de la ville, une pécheresse.
    Ayant appris que Jésus était attablé dans la maison du pharisien,
    elle avait apporté un flacon d’albâtre contenant un parfum.
        Tout en pleurs, elle se tenait derrière lui, près de ses pieds,
    et elle se mit à mouiller de ses larmes les pieds de Jésus.
    Elle les essuyait avec ses cheveux,
    les couvrait de baisers
    et répandait sur eux le parfum.

        En voyant cela,
    le pharisien qui avait invité Jésus se dit en lui-même :
    « Si cet homme était prophète,
    il saurait qui est cette femme qui le touche,
    et ce qu’elle est : une pécheresse. »
        Jésus, prenant la parole, lui dit :
    « Simon, j’ai quelque chose à te dire.
    – Parle, Maître. »
        Jésus reprit :
    « Un créancier avait deux débiteurs ;
    le premier lui devait cinq cents pièces d’argent,
    l’autre cinquante.
        Comme ni l’un ni l’autre ne pouvait les lui rembourser,
    il en fit grâce à tous deux.
    Lequel des deux l’aimera davantage ? »
        Simon répondit :
    « Je suppose que c’est celui à qui on a fait grâce
    de la plus grande dette.
    – Tu as raison », lui dit Jésus.
        Il se tourna vers la femme et dit à Simon :
    « Tu vois cette femme ?
    Je suis entré dans ta maison,
    et tu ne m’as pas versé de l’eau sur les pieds ;
    elle, elle les a mouillés de ses larmes
    et essuyés avec ses cheveux.
        Tu ne m’as pas embrassé ;
    elle, depuis qu’elle est entrée,
    n’a pas cessé d’embrasser mes pieds.
        Tu n’as pas fait d’onction sur ma tête ;
    elle, elle a répandu du parfum sur mes pieds.
        Voilà pourquoi je te le dis :
    ses péchés, ses nombreux péchés, sont pardonnés,
    puisqu’elle a montré beaucoup d’amour.
    Mais celui à qui on pardonne peu
    montre peu d’amour. »
        Il dit alors à la femme :
    « Tes péchés sont pardonnés. »
        Les convives se mirent à dire en eux-mêmes :
    « Qui est cet homme,
    qui va jusqu’à pardonner les péchés ? »
        Jésus dit alors à la femme :
    « Ta foi t’a sauvée.
    Va en paix ! »

                – Acclamons la Parole de Dieu.

Commentaire de l’Evangile

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Le blog

1 Message

  • Lectures du jour Le 6 janvier 2017 à 00:32, par vincent

    Aujourd’hui j’ai retrouver mon Dieu.
    j’étais complètement perdu dans les ténerbres. j’ai entendu la voix du coq qui sommeillais en moi, elle m’a indiqué le chemin de l’église, j’ai entendu les cloches sonnées, plus je me rapprochais plus son appel etait grande, j’ai eu peur d’entrer alors qu’il m’ouvrait son coeur, je me suis enfuie et je me suis perdu de nouveau, mais maintenant je sais ou je dois me rendre, je vais aller retrouver mon père. car depuis que je suis au monde c’est le seul père que je n’ai jamais eu, je l’avait oublié. je suis vraiment désolé, ca faisait si longtemps qu je n’avais pas pleurer, je savais bien qu’il manquais quelque chose dans mon coeur, j’avançais comme un mouton dans l’ombre alors que je suis un beau coq avec de belle plume qui est toujours capable de retrouver son chemin. Merci mon Dieu, je t’aime.

    Répondre à ce message

 

Bonnenouvelle.fr site de paroisse, communauté, école