Bonnenouvelle.fr Agence web WordPress
https://bonnenouvelle.fr/@AELF@.html?lang=fr

Accueil   Le blog   Animer son site   Actualités de sites catholiques   Lectures de la messe du jour

Lectures de la messe du jour

(c) Association Épiscopale Liturgique pour les pays francophones - 2015

http://aelf.org/

Articles

  • Première lecture : « Ici s’arrêtera l’orgueil de tes flots ! » (Jb 38, 1.8-11)

    20 juin

    Lecture du livre de Job

    Le Seigneur s’adressa à Job du milieu de la tempête et dit :
    « Qui donc a retenu la mer avec des portes,
    quand elle jaillit du sein primordial ;
    quand je lui mis pour vêtement la nuée,
    en guise de langes le nuage sombre ;
    quand je lui imposai ma limite,
    et que je disposai verrou et portes ?
    Et je dis : “Tu viendras jusqu’ici !
    tu n’iras pas plus loin,
    ici s’arrêtera l’orgueil de tes flots !” »

    – Parole du Seigneur.

  • Psaume (106 (107), 21a.22a.24, 25-26a.27b, 28-29, 30-31)

    20 juin

    Refrain psalmique : (106, 1)

    Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
    Éternel est son amour !
    ou : Alléluia !

    Qu’ils rendent grâce au Seigneur de son amour,
    qu’ils offrent des sacrifices d’action de grâce,
    ceux qui ont vu les œuvres du Seigneur
    et ses merveilles parmi les océans.

    Il parle, et provoque la tempête,
    un vent qui soulève les vagues :
    portés jusqu’au ciel, retombant aux abîmes,
    leur sagesse était engloutie.

    Dans leur angoisse, ils ont crié vers le Seigneur,
    et lui les a tirés de la détresse,
    réduisant la tempête au silence,
    faisant taire les vagues.

    Ils se réjouissent de les voir s’apaiser,
    d’être conduits au port qu’ils désiraient.
    Qu’ils rendent grâce au Seigneur de son amour,
    de ses merveilles pour les hommes.

  • Deuxième lecture : « Un monde nouveau est déjà né » (2 Co 5, 14-17)

    20 juin

    Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

    Frères,
    l’amour du Christ nous saisit
    quand nous pensons qu’un seul est mort pour tous,
    et qu’ainsi tous ont passé par la mort.
    Car le Christ est mort pour tous,
    afin que les vivants n’aient plus leur vie centrée sur eux-mêmes,
    mais sur lui, qui est mort et ressuscité pour eux.
    Désormais nous ne regardons plus personne
    d’une manière simplement humaine :
    si nous avons connu le Christ de cette manière,
    maintenant nous ne le connaissons plus ainsi.
    Si donc quelqu’un est dans le Christ,
    il est une créature nouvelle.
    Le monde ancien s’en est allé,
    un monde nouveau est déjà né.

    – Parole du Seigneur.

  • Évangile : « Qui est-il donc, celui-ci, pour que même le vent et la mer lui obéissent ? » (Mc 4, 35-41)

    20 juin

    Acclamation : (Lc 7, 16)

    Alléluia. Alléluia.
    Un grand prophète s’est levé parmi nous,
    et Dieu a visité son peuple.
    Alléluia.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

    Toute la journée,
    Jésus avait parlé à la foule.
    Le soir venu, Jésus dit à ses disciples :
    « Passons sur l’autre rive. »
    Quittant la foule, ils emmenèrent Jésus, comme il était,
    dans la barque,
    et d’autres barques l’accompagnaient.
    Survient une violente tempête.
    Les vagues se jetaient sur la barque,
    si bien que déjà elle se remplissait.
    Lui dormait sur le coussin à l’arrière.
    Les disciples le réveillent et lui disent :
    « Maître, nous sommes perdus ;
    cela ne te fait rien ? »
    Réveillé, il menaça le vent et dit à la mer :
    « Silence, tais-toi ! »
    Le vent tomba,
    et il se fit un grand calme.
    Jésus leur dit :
    « Pourquoi êtes-vous si craintifs ?
    N’avez-vous pas encore la foi ? »
    Saisis d’une grande crainte,
    ils se disaient entre eux :
    « Qui est-il donc, celui-ci,
    pour que même le vent et la mer lui obéissent ? »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

  • Première lecture : « Très volontiers, je mettrai plutôt ma fierté dans mes faiblesses » (2 Co 12, 1-10)

    19 juin

    Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

    Frères,
    faut-il se vanter ? Ce n’est pas utile.
    J’en viendrai pourtant aux visions et aux révélations
    reçues du Seigneur.
    Je sais qu’un fidèle du Christ,
    voici quatorze ans, a été emporté jusqu’au troisième ciel
    – est-ce dans son corps ? je ne sais pas ;
    est-ce hors de son corps ? je ne sais pas ;
    Dieu le sait –,
    mais je sais que cet homme dans cet état-là
    – est-ce dans son corps, est-ce sans son corps ?
    je ne sais pas,
    Dieu le sait –
    cet homme-là a été emporté au paradis
    et il a entendu des paroles ineffables,
    qu’un homme ne doit pas redire.
    D’un tel homme, je peux me vanter,
    mais pour moi-même,
    je ne me vanterai que de mes faiblesses.
    En fait, si je voulais me vanter,
    ce ne serait pas folie,
    car je ne dirais que la vérité.
    Mais j’évite de le faire,
    pour qu’on n’ait pas de moi une idée plus favorable
    qu’en me voyant ou en m’écoutant.
    Et ces révélations dont il s’agit
    sont tellement extraordinaires
    que, pour m’empêcher de me surestimer,
    j’ai reçu dans ma chair une écharde,
    un envoyé de Satan qui est là pour me gifler,
    pour empêcher que je me surestime.
    Par trois fois,
    j’ai prié le Seigneur de l’écarter de moi.
    Mais il m’a déclaré :
    « Ma grâce te suffit,
    car ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse. »
    C’est donc très volontiers
    que je mettrai plutôt ma fierté dans mes faiblesses,
    afin que la puissance du Christ fasse en moi sa demeure.
    C’est pourquoi j’accepte de grand cœur pour le Christ
    les faiblesses, les insultes, les contraintes,
    les persécutions et les situations angoissantes.
    Car, lorsque je suis faible,
    c’est alors que je suis fort.

    – Parole du Seigneur.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 200

Le blog

 

Bonnenouvelle.fr site de paroisse, communauté, école